lundi 26 mai 2014

Ce n'est qu'un au revoir...

Je pensais qu'on aurait beaucoup plus de candidats inscrits au concours lancé il y a déjà trois semaines, mais puisqu'il n'y en avait que deux, ils avaient du coup beaucoup plus de chances à gagner. Sans plus tarder, je révèle donc le nom de l'heureux gagnant:

Marc Ruben  

Félicitations! Envoyez-nous votre adresse postale à et vous aurez votre exemplaire de la revue sous peu. Bonne lecture! Merci d'avoir participé, Kerstin K! 

Et maintenant, j'ai la triste tache de vous annoncer qu'après un peu plus que 4 ans d'existence, Tande ne pourra plus vous accompagner dans vos lectures et autres explorations de la culture haïtienne. Du moins pour le moment. Vous avez sans doute remarqué que nous n'alimentons plus le site de façon régulière. En fait, avec nos nouvelles responsabilités, le temps nous fait cruellement défaut. Nous espérons pouvoir reprendre nos activités ici un jour, mais on ne peut pas vous dire quand. Ce qui est sur, c'est que vous continuerez d'avoir de nos nouvelles, dans les conférences et colloques, vente-signatures et autres activités culturelles. J'espère que vous lirez nos articles et nos livres. Pour le moment, nous vous laissons les archives du site et souhaitons que vous resterez toujours à l'écoute de la culture haïtienne. Ce fut un immense plaisir.


jeudi 1 mai 2014

Cadeau! Giveaway! Kado!

As Nadève mentioned in her last post, things have been very slow here at Tande of late. We wanted to take the time to do something new and appreciate our readers who have been patient during this time as we adjust to new work  and  family schedules. In fact, we appreciate you so much that we wanted to express our gratitude with a reader giveaway contest! Here is how it works: write in and tell us in the comment section what your favorite Tande post is and why. We will select a winner on May 10th, and as a prize you get the newest issue of the  illustrious Journal of Haitian Studies (JOHS) for free. That way you will have an important piece of this rich archive of information about Haitian culture, literature, history and scholarship at your fingertips without even having to go online! The issue is dedicated to Michel-Rolph Trouillot, and guest edited by Nadève. 


Comme Nadève a mentionné dans son dernier texte, on fonctionne au ralenti ici à Tande ces derniers mois. Nous voudrions faire quelque chose de nouveau pour montrer notre appréciation à nos lecteurs qui ont fait preuve de patience pendant ce moment d'ajustement à de nouvelles responsabilités familiales et professionnelles. Nous vous apprécions tellement que nous voulons exprimer notre gratitude avec un concours! Voila comment cela marche: Dans les commentaires, dites nous quel est votre préféré parmi les textes du site et pourquoi. Nous allons sélectionner un gagnant le 10 mai et comme prix vous allez obtenir le nouveau numéro de l'illustre revue d'études haïtiennes (JOHS) gratuitement. Ainsi, vous aurez des informations sur la culture, la littérature, et l'histoire haïtienne, à portée de main! Ce numéro est dédié à la mémoire de Michel-Rolph Trouillot et a été édité par Nadève. 


Kòm Nadève mensyone nan dènye tèks li a, sèjousi, pa gen twòp aktivite sou sit Tande a. Nou deside fè yon jès pou montre apresyasyon nou pou lektè nou yo ki genyen anpil pasyans ak nou pandan nap abitye ak nouvo orè travay ak nouvo orè fanmi nou. Nou si tèlman apresye nou, nou vle eksprime gratitid nou avèk yon konkou! Men ki jan li fonksyone:  nan  seksyon kòmantè sit la, di nou ki tèks Tande nou pi renmen epi eksplike poukisa. 10 me, n ap chwazi yon moun k ap resevwa dènye nimewo revi etid ayisyen an (JOHS) kòm kado. Konsa, w ap genyen anpil enfòmasyon sou kilti, literati ak istwa ayisyen nan men ou! Nimewo sa a rann omaj bay Michel-Rolp Trouillot epi se Nadève ki edite l. 


vendredi 7 mars 2014

Luminous Research

It has been a while since our last post here on Tande. I hope 2014 is off to a great start for all of our readers. Thanks for checking in from time to time. We do try to keep the Calendar and Announcements pages updated, even when we're unable to post on the main page. You can thank two of our regular readers, Marc Ruben Claude (a former student of mine at ENS) and Chris Celius of Rapadoo for nudging me to post something today.

Chris asked about another carnival post, but I never really got into carnival mode this year, although I did enjoy several of the songs. It turns out that decentralizing carnival really means centralizing it in a city other than Port-au-Prince every year, with the bands not chosen to participate in the national parade unable to perform in the capital during the three days of carnival. So, we get the days off, but not the party to go with it. Unless you count the carnival festivities held before the three official Fat days. The mayor of Delmas, where I live, announced on the morning of Friday, February 21st that all schools had to close at noon so that he could hold his carnival parade. I won't even attempt to describe the madness of parents scrambling to pick up kids who had been scheduled to be released later that afternoon. Nor will I attempt to describe the incredible traffic caused by this parade. As in previous years, certain groups were banned from performing their songs live altogether, even when they were able to secure private sponsors. So, all in all, I've resigned myself to a carnival hiatus for a few years.

What I have been focusing on is research. And, let me say in passing that it would be fantastic to see more research on carnival. There's been talk about establishing a carnival museum to preserve the art created each year, but I would also love to see in-depth research on Haitian carnival: the music, the politics, the economics, the history. This research is sorely needed since there seems to be some confusion as to what the purpose of carnival is.Or at least what we want or need it to be.

I've read several articles recently about the necessity or applicability of humanities scholarship to the "real world". Newspapers, magazines and blogs debate whether or not the huanities are necessary, whether or not they matter. (I'm not including any links here because there are too many to choose from!) I have to say I've never really considered that question as a researcher. It just seems obvious to me that the ways in which we represent ourselves, our history, our culture has a concrete impact on our concrete lives and the society we live in.

I recently participated in the launch of Haiti: An Island Luminous, brainchild of Adam Silvia. I have loved the Digital Library of the Caribbean for a long time. It is a godsend for those of us scholars without regular access to research libraries. An Island Luminous is a curated online exhibit that helps put the myriad of texts to be found on dloc into context. I provided an entry on occupied novels. Over one hundred scholars from around the world participated in this remarkable project.

And to continue with the topic of collaborative research -- The Haiti Reader is still an ongoing project. I need to move it into the foreground this semester now that the special issue of Journal of Haitian Studies dedicated to Rolph Trouillot that I was guest editing is more or less done. While I do think web materials are wonderful for all sorts of reasons, I have a special love in my heart for paper books. And I do think this book, the Reader, will serve a purpose, for scholars and everyday readers alike. All of us who are dedicated to Haiti and its culture complain, and rightfully so!, when that culture is maligned or falsely portrayed. But we need to be able to have reliable sources to provide as alternatives. I think The Haiti Reader will be one of those sources for many people.

Although I value collaborative research efforts, I am also happy to see the increased emergence of individual research projects in Haiti. So many outstanding Haitian researchers have never published book-length works or only a handful of articles. While I absolutely do not condone the blind adoption of foreign professional practices – no desire to see publish or perish implemented here, thank you very much! -- I am concerned about legacy and heritage. While our oral scholarship tradition is alive and well, that scholarship needs to be preserved. How will future generations access the ideas developed by their elders otherwise? There needs to be sustained support for research at the university level. We are not there yet, but hopefully we'll get there eventually. I would love to see a research library developed here. Until there is, websites like dloc help fill the gaps. And I just discovered this one that some of you might already be familiar with.

This is all to say when we're not posting here on Tande, you can bet we are busy with our research or presenting its results.  Régine's book Conflict Bodies: The Politics of Rape Representation in The Francophone Imaginary is currently available for pre-order. I have articles forthcoming in Demanbre and Small Axe this year, as well as the actes de colloque from last year's conference dedicated to Georges Castera. This is all in addition to the various speaking engagements we both have, although one of us is currently on maternity leave!

Now that carnival is over, I leave you with this poem by Jacques Roumain which served as the inspiration for the title of Haiti: An Island Luminous.


mardi 10 décembre 2013

Du nom des enfants

Que signifie un nom ? Ces derniers mois je passe beaucoup de temps à réfléchir sur l’importance culturelle des prénoms. Mes deux fils ont comme deuxième noms Dessalines (l’aîné) et Toussaint (le cadet). Certes, l’ordre historique est renversé, mais quand on a donné son nom au premier, je ne m’attendais jamais à avoir deux garçons ! 

Ce choix de noms invite beaucoup de commentaires. Un jour, au magasin je disais d’une voix forte: « Dessalines et Toussaint—soyez sages ! » À ce moment un étranger  (d'origine haïtienne) se tourna vers moi stupéfait : « Dessalines et Toussaint! ? Quels grands noms pour de tels petits garçons! »
Mon beau-frère, quant à lui, était scandalisé d’apprendre la mort tragique de Papa Dessalines et m’a demandé pourquoi avoir choisi ce nom.

Pas de confusion chez le grand-père qui annonce la naissance de son petit-fils ainsi : « Dessalines Jean-Charles Asare est né aujourd’hui, levons un verre à la gloire de Fabias. » La réponse d’un oncle vivant en Belgique à ce message était d'écrire un petit poème pour fêter l’occasion :

A la kontan, nou kontan tande ke nan fanmi-an gen yon Dessalines Jean-Charles ASARE ki la.
Anpil konpliman pou granparan yo ki tèlman kontan.
Nou konprann fyète yo.
Sa fè konbyen pitit pitit ki la.
Levons tous nos verres pour saluer son arrivée.
Dessalines et Toussaint

(Notons la manière dont le deuxième nom devient prénom pour nos relations haïtiennes…). Cette fierté vient du fait que notre famille est originaire de Marchand-Dessalines. 

En ce qui leur concerne,  mes petits commencent à comprendre la signification de ces noms. Voyant les gros tableaux de Dessalines et Toussaint à la maison de leurs grands-parents en Haïti, ils étaient émerveillés du fait qu’ils portaient les noms de ces deux hommes historiques. En tant que fille d’immigrés 1e génération née lòt bò--cela m’importe beaucoup que je sois capable de transmettre à cette génération, encore plus éloignée du pays d’origine, un sens de leur héritage haïtien. 

En attendant mon troisième enfant, une petite fille cette fois-ci, je me trouve encore à contempler cette question du nom et de son importance dans notre identité culturelle. Comme j’ai posé la question sur Facebook il y quelques mois—Anacaona ? Marie-Jeanne ? Catherine Flon ? Claire-Heureuse ? Quel nom historique pour cette petite sœur de Dessalines et Toussaint ? Choix difficile. D’abord, mon mari (d’origine Ghanéen) est contre les noms « trop français », alors pas de Marie-Jeanne, Catherine ou Félicité dans notre famille.  Quand j'ai posé la question sur Facebook, il y a quelques mois, j'ai reçu plusieurs réponses. Une cousine à Port-au-Prince suggère Ayiti tout court. Une collègue me propose Taina, encore un autre suggère le nom d’une héroïne littéraire telle Sophie Caco ou même le nom de l’écrivain Danticat elle-même ! Comment choisir ? Le temps  presse !


samedi 30 novembre 2013


Mwa novanm lan se te yon mwa rankont -- rankont pwofesyonèl ak rankont zanmi. Mwa a te kòmanse ak 25èm kolòk Asosyasyon Etid Ayisyen. Rankont sa a ki te fèt nan Karibe apati 7 pou rive 9 novanm se te okazyon pou moun k ap travay sou Ayiti nan inivèsite ak lòt enstitisyon toupatou rankontre pou yo pataje lide yo. Se Raoul Peck ki te envite spesyal kolòk la ane sa a. Tit diskou l la se te Stolen Images. Peck te pale sou jan li enpòtan pou Ayisyen pwodui pwòp imaj pa nou, pou nou pa gade tèt nou selon jan lòt moun wè nou. Plizyè prezantasyon te fè lide sa a parèt pandan wikenn lan, kit se te nan domenn literati, kit se te nan domenn istwa oswa antropoloji. 

Se ak anpil plezi mwen aprann Daniel Morel genyen pwosè li te fè kont Agence France Press ak Getty Images. Pwosè sa a montre jan Ayisyen kapab pwodui pwòp imaj pa nou epi goumen pou kenbe kontròl imaj sa yo, menm lè se kont enstitisyon ki gen anpil pouvwa. 

Pou m tounen sou kolòk la, te gen anpil panèl ki te anrapò ak sijè daktyalite. Nou kapab site tout panèl ki te fèt sou relasyon ant Ayiti ak Repiblik Dominikèn. Mwen regrèt mwen pa t gen chans suiv tout. Kimberly Wynne ak Amelia Hintzen te prezante travay sou kominote Ayisyen kap viv nan batèy fig ak sik nan Dominikani. Rechèch yo te fè sòti jan kondisyon lavi ak travay yo pa menm pou tout travayè, selon konbyen tan yo gen nan peyi a, rejyon kote yo etabli a ak anpil lòt faktè ankò.

Menm jan ak Régine, youn nan kou m ap fè semès sa a chita sou relasyon ant Ayiti ak Repiblik Dominikèn. Semenn sa a nou pral kòmanse travay sou woman René Philoctète la, Le Peuple des Terres Mêlées. (Se youn nan tit liv mwen twouve ki pi bèl nan tout sa m konnen yo.) Lide solidarite liv sa a eksprime a toujou rete enpòtan, menm lè leta dominiken an ak kèk sektè nan sosyete a pito kreye divizyon ak konfli. Erèzman yo pa pale pou tout pèp dominiken an.  Gwoup k ap òganize aktivite Abrazo Solidario a vle montre gen yon pati nan popilasyon ki chwazi pataj, kominote, solidarite -- imanite. 

c. CF Verna
Apre kolòk la, mwen te pran wout pou Mibalè ak kèk zanmi, kote nou te pase yon ti tan ak Gerdès Fleurant ak Florienne Saintil nan Centre Culturel Léocardie et Alexandre Kenscoff. (Ti vwayaj sa a te ba nou okazyon vizite Sodo tou.) Mwen byen kwè rankont avèk Gerdès ak Fleuriane lan anonse anpil bèl kolaborasyon pi devan. 


mardi 1 octobre 2013

J'ai lu

Publié en 2012
Croyez-moi si vous voulez, mais je travaille sur ce texte depuis au moins un an. J'essayais de clarifier mes idées sur le sujet -- en fait, je cherchais des réponses. Je me suis finalement rendue compte que je n'en ai pas. En tant que lectrice, professeur et critique, j'ai plutôt des questions par rapport à la publication en Haiti. Et c'est peut-être tant mieux. J'aurais ainsi moins d'occasions de me tromper et la discussion sera plus riche dans les commentaires. 

J'ai d'abord pensé à écrire sur les modes de publication et de circulation de textes ici parce que cela m'arrive parfois de recevoir des livres publiés par de nouveaux auteurs -- le plus souvent jeunes -- même si beaucoup n'apprécient pas le terme. Je dois avouer que souvent je ne sais pas comment réagir face à ces livres. Il y a bien sur de la gratitude. J'apprécie le fait qu'on ait pensé à me faire un cadeau, parce que personne ne me doit des livres. Je suis aussi sensible au fait qu'on respecte mon opinion en tant que lectrice et critique. Mais je ressens aussi un certain gêne par rapport à ces livres donnés, justement parce qu'en tant que critique et quelqu'un qui côtoie les écrivains au quotidien, je sais ce que cela représente de produire un livre. Le travail exigé, les émotions suscitées. Et j'ai peur de ne pas être séduite par le texte, car il n'est quand même pas poli de dire à quelqu'un qu'on n'a pas aimé le cadeau offert. Il n'est surtout jamais aisé de dire à un écrivain qu'on n'a pas aimé son livre. C'est pour cette raison que je suis beaucoup plus à l'aise à recevoir et à lire des manuscrits. Quand on commente un manuscrit, l'auteur a la possibilité d'en tenir compte dans ses éventuelles modifications. 

Les livres que je reçois sont le plus souvent publiés à compte d'auteur et le plus souvent par des personnes au tout début de la vingtaine. Pourquoi ces précisions? Parce que souvent en lisant les textes reçus, je m'interroge sur cette hâte de publier. Je me pose la question non pas parce que ces livres sont mauvais -- le plus souvent ils ne le sont pas du tout. Par contre, ils me donnent souvent l'impression d’être inachevés. Je pense aux potentialités non-réalisées en les lisant. Il y a parfois des problèmes de cohérence narrative, des erreurs grammaticales, des problèmes d'impression ou de présentation qui me font penser que l'auteur et son livre auraient été mieux servi par un peu plus de temps, de travail de correction et une structure éditoriale sérieuse. (Je dois signaler que ce ne sont pas des problèmes spécifiques à Haiti, mais c'est de la littérature haïtienne qu'il est question sur ce site.)

Je reconnais cependant qu'il existe en Haiti une grande tradition de publication à compte d'auteur. Sans laquelle nous n'aurions pas des textes aussi beaux et variés que  Ecrit sur du ruban rose ou Saison des hommes ou encore Rapjazz. Mais la dégradation du système éducatif haïtien aidant, peu sont les écrivains aujourd'hui qui ne bénéficieraient pas d'une relecture professionnelle. 

Je m'interroge aussi sur cette hâte de publier. Est-ce le temps qui presse? A-t-on peur de n'avoir plus le temps de se consacrer à l'écriture plus tard? Est-ce une façon de s'imposer à la société? De se faire une renommé le plus tôt que possible? Je ne comprends pas cette pulsion d'arracher les pages de l'imprimante pour les apporter tout de suite à la librairie. J'aurais tendance à suivre de préférence le conseil donné par Zadie Smith: laisser son texte mijoter dans un tiroir aussi longtemps que possible avant de le publier. Mais puisque j'avais bien dit que j'avais des questions et non pas de réponses: Comment réconcilier l'idée de retarder la publication avec le parcours des auteurs comme Justin Lhérisson ou Jacques Roumain qui sont morts assez jeunes? On peut s'estimer chanceux qu'ils n'aient pas trop attendu avant de publier leurs écrits!  

Je pense que pour certains cette passion pour l'écriture, cet engouement pour la chose littéraire pourraient trouver une plus juste expression dans les ateliers d'écriture ou les clubs de lecture. Des espaces où l'auteur pourrait recevoir des réactions, des commentaires constructifs sur ce qu'il produit. D'ailleurs, l'ENARTS pourrait peut-être offrir une formation en écriture comme une filière parmi les autres. Pourquoi pas des ateliers d'écriture formels débouchant non seulement sur un diplôme, mais sur un projet d'écriture fini? 

Deuxième numéro de cette revue
Il faut aussi encourager la publication dans les revues littéraires et je suis heureuse de constater un renouveau en ce sens ces derniers temps avec l'apparition de Demanbre, IntranQu'îllités, Legs et Littérature... Autant de possibilités de publication sans la pression d'avoir à terminer tout un livre. 

On pourrait peut-être me reprocher d’être trop prudente par rapport à la publication. C'est qu'en tant que professeur et critique littéraire, je suis extrêmement consciente du fait que les écrits demeurent. Un livre publié aujourd'hui sera probablement -- on le souhaite! -- toujours disponible dans une cinquantaine ou une centaine d'années, même s'il ne s'agit que d'une poignée d'exemplaires. L'auteur est-il prêt à jouer sa réputation -- actuelle et future -- sur ce livre publié avec tant d'empressement? Le premier livre n'est pas forcément le dernier. On n'est obligé de tout y mettre. Mais il se peut aussi que la vraie question soit celle de la réception. Le lectorat est-il en mesure de faire le tri parmi tous les livres publiés?

La publication à compte d'auteur, surtout au début d'une carrière littéraire comporte des avantages et des désavantages. L'écrivain doit faire preuve d'arrogance pour s'imposer, mais aussi d'humilité face aux critiques.  

A Néhémy, Qualito, Shéba, Stanley, Yvenante... tous ceux et celles qui ont eu l'amabilité de me donner des livres... j'ai lu. 


mercredi 28 août 2013

One Island, Two Countries, One Class: Haiti and the DR

I have been under the radar and not posting much this summer as I complete the final edits of my book, Conflict Bodies: The Politics of Rape Representation in the Francophone Imaginary (Ohio University Press, 2014). With a few deadlines behind me and the beginning of the semester a week away I am now preparing for fall classes. 

This year I will be teaching two new courses, “'How to Read and Write About Africa:' Comparative African Literatures," and “Beyond the Border: Haiti and the Dominican Republic.” Each of these classes provide me with an opportunity to focus on the importance of  using a comparative approach to think about Haiti through literary and cultural studies. I am excited to be reading excellent literature and pursuing new themes with my students.
For the Haiti/DR class I am using novels as my point of departure for a discussion of the historic, political and cultural disjunctures and similarities between the two countries. Of course we will explore the historic tensions from the Haitian presence in DR after the Revolution, to virulent anti-haitianismo policies, Dominican aid to Haiti in the aftermath of the earthquake and current events such as the recent conflict over importations

We are reading five novels: Nelly Rosario’s Song of the Water Saints (2002), Edwidge Danticat’s The Farming of Bones (1998), In the Time of the Butterflies (1994) by Julia Alvarez, René Philoctète’s Massacre River (1989) and Junot Diaz, The Brief Wondrous Life of Oscar Wao (2008). Since the Danticat, Alvarez and Philoctete books are each set during the 1937 massacre, we will spend a lot of time discussing this period. I plan to add some essays from The Butterfly’s Way to complement our reading of Diaz and have more points of comparison for what these literatures look like in the diaspora and in a contemporary context.
Haitians attempting to flee the DR in 1937 via

Other scholars have done important interdisciplinary work on this topic as well. I will draw secondary readings from the scholarship of Michele Wucker, Why the Cocks Fight: Dominicans, Haitians and the Fight for Hispaniola, Eugenio Matibag's Haitian and Dominican Counterpoint, Myriam Chancy's From Sugar to Revolution: Women’s Visions of Haiti, Cuba and the Dominican Republic; Pedro L. San Miguel's The Imagined Island: History, Identity, and Utopia in Hispaniola (Latin America in Translation/En Traduccion/Em Traducao). The Tears of Hispaniola: Haitian and Dominican Cultural Memory by Lucía Suárez. I am also using a number of other articles such as Richard Lee Turits  “A World Destroyed, A Nation Imposed: The 1937 Haitian Massacre in the Dominican Republic” that will help to set some of the historical context for this time period. I wish I could have my students attend the Transnational Hispaniola Conference, the first part of which took place in 2012 and is being organized by Rutgers University, but perhaps instead we can get some of the proceedings from the conference.

The journal Meridians has a nice discussion between women writers entitled, Voices from Hispaniola: A Meridians Roundtable with Edwidge Danticat, Loida Maritza Perez, Myriam J. A. Chancy, Nelly Rosario, and Ginetta E. B. Candelario. I am especially thrilled that this year BC is fortunate to have two of these amazing women--Edwidge Danticat and Nelly Rosario--visit campus to give lectures during the academic year. 

I am really excited about embarking on this new teaching experience and look forward to letting you know how it goes this fall!